ERADIK'A' N°02 - JUIN 2014

MICRO-PHAZIR: UN DÉTECTEUR D’AMIANTE PORTATIF

Fondis Bioritech est le spécialiste de la distribution d’instrumentation scientifique portable. Forte de plus de 30 années d’expérience dans le domaine de l’analyse des polluants du bâtiment, notre société, propose des solutions de mesure in situ. Le microPHAZIR, détecteur d’amiante, et le XLpS, analyseur de plomb dans les peintures, font partie d’une gamme complète de solutions pensées pour le terrain. Fondis Bioritech complète son offre de services en réalisant la maintenance de ses équipements et en assurant la formation de ses clients.

photo 6-1

Le microPHAZIR amiante est un spectromètre proche infrarouge portable utilisé comme outil d’aide à la décision directement sur site. Il permet, en effet, d’obtenir des informations quant à la présence d’amiante dans les matériaux en seulement quelques secondes. Le microPHAZIR se révèle, en cela, un outil très utile pour réaliser des sondages dans les cas suivants :

  • Présence de matériau non homogène, multiplication des points de détection ;
  • En cas de retour d’analyse des laboratoires indiquant que certains matériaux couvrant de grandes surfaces sont amiantés
  • Vérifier, par un procédé non destructif, l’homogénéité et l’étendue de matériau difficile d’accès ou présent à de multiple endroits (enduits plâtre ou ciment).

L’emploi du microPHAZIR amiante génère de nombreux avantages :

  • Cartographie plus précise des matériaux contenant de l’amiante en utilisant les similitudes d’ouvrage
  • Meilleure stratégie d’échantillonnage puisque l’opérateur dispose d’informations, en temps réel, sur la présence d’amiante dans certains matériaux
  • Multiplication du nombre de points de mesure pour délimiter exactement les zones amiantées
  • Réduction du nombre de prélèvements sur les matériaux identifiés comme contenant de l’amiante

 

RAPPEL: l’opérateur accomplissant une mission réglementaire ne peut conclure en la présence ou l’absence d’amiante sans faire référence à un prélèvement témoin.

L’opérateur de repérage doit envoyer des prélèvements en laboratoire dans le respect des arrêtés des 12 décembre 2012 et 26 juin 2013 relatifs au repérage des matériaux des listes A, B et C.